Pages

dimanche 15 février 2009

Lithium pour Médée : Kate Braverman


Lithium pour Médée
Kate Braverman
Quidam Editeur

Paru il y a vingt-cinq ans aux Etats-Unis, Lithium for Medea a révélé l’insolent talent de Kate Braverman.
Largement autobiographique, cet ovni littéraire ne peut laisser indifférent. Minée par sa solitude et noyée dans ses dépendances, la jeune narratrice raconte sa lente déchéance, résultat d’un dysfonctionnement polymorphe – familial, amoureux, psychique … Difficile avec un tel sujet d’éviter le témoignage clinique ou les confessions larmoyantes. Or la romancière ne tombe pas dans le piège. Son écriture hallucinée reflète de manière paradoxalement réaliste l’implosion de Rose et c’est donc l’osmose totale entre forme et fond qui impressionne et donne sa vraie puissance au roman. Abondance de métaphores, pléthore d’adjectifs, phrases débridées - l’influence des auteurs de la Beat Generation et des surréalistes est certes évidente mais Kate Braverman possède une voix unique, brillamment analysée par Rick Moody dans sa très belle préface. Sa conclusion sera la nôtre : « Après une expérience de la sorte avec un livre, on est redevable à jamais, car la vérité et la compassion/compréhension sont des qualités rares dans le monde littéraire.»

(Mis en ligne en juillet 2006 sur sitartmag)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire